Comment rater son e-mail de bienvenue ?

Welcome

Vous venez de gagner de nouveaux abonnés à votre newsletter ?  C’est une très bonne nouvelle ! L’email de bienvenue que vous allez leur envoyer représente une énorme opportunité puisque ce dernier possède en moyenne un taux d’ouverture de 50 à 60%. Vous souhaitez perdre vos clients dès votre premier envoi ? Si vous suivez les conseils ci-dessous, nous pouvons vous assurer que vous atteindrez cet objectif et leur enverrez le pire email de bienvenue possible.

Soyez impoli

En s’inscrivant à votre newsletter, votre lecteur s’attend à recevoir un email de bienvenue. Pourquoi l’enverriez-vous via un déclencheur automatique d’email ? Votre abonné peut bien attendre quelques heures. Après tout, que représente ce premier contact avec votre client ? Rien de bien important ! Ne prenez pas non plus la peine de remercier votre abonné pour son inscription. C’est normal puisque votre newsletter est la meilleure.

Soyez impersonnel

Malgré l’existence d’outils de personnalisation, pourquoi perdre votre temps à personnaliser vos emails de bienvenue ?  Un « Cher client » suffit amplement, il se reconnaitra bien ! Pas la peine non plus d’intégrer des sondages/formulaires pour mieux connaître votre nouveau client et le questionner sur ses attentes spécifiques. Il ne manquerait plus que vous adaptiez vos emails aux caractéristiques spécifiques de vos différents contacts !

Soyez imprécis

Si votre lecteur s’est abonné à votre newsletter, c’est qu’il vous connaît déjà, non ? Il est bien entendu inutile de présenter de manière formelle votre activité, vos principaux clients et les bénéfices que retirera votre abonné de cet abonnement.

Soyez injoignable

Envoyez votre email depuis une adresse no-reply@votreentreprise.com, et ne mentionnez aucun email, chat ou numéro de téléphone auxquels vous joindre. Vous ne voudriez pas être dérangé par un client souhaitant de plus amples informations ! N’intégrez aucun lien vers les réseaux sociaux sur lesquels vous êtes présent, vos abonnés pourraient vous retrouver ou, pire, vous suivre ou vous aimer… Quelle angoisse !

Soyez radin

Un geste commercial, pour quoi faire ? Frais de port offerts sur la première commande, récompense si parrainage d’un ami, code promotionnel… Une foule d’opérations spéciales s’offrent à vous pour remercier votre abonné et augmenter votre taux de conversion. Mais ne prenez pas ce risque, cela pourrait  faire plaisir à votre nouveau lecteur !

Soyez agressif

Vous le savez, il ne faut pas abreuver votre consommateur de call-to-action dès le premier envoi. Un seul suffit.  Mais à quoi bon respecter les règles ? Rédigez l’email le plus long possible (avec du jargon professionnel, c’est encore mieux !) et multipliez les liens vers vos différents produits ou les bannières commerciales. Vous voulez tout, et maintenant. Qui a parlé de processus de fidélisation ?

En respectant à la lettre ces indications, vous pouvez être sûr que votre client se désabonnera de votre newsletter après avoir lu votre email de bienvenue (peut-être même recevrez-vous quelques plaintes !). Alors si vous ne souhaitez pas cela, gardez bien en tête que nous n’avons pas deux occasions de faire une première bonne impression.

photo © Claudio Matsuoka / Flickr

1 Commentaire

  1. Laurent Danflous / Success Store

    L’email de bienvenue n’est pas toujours utilisé et quand c’est le cas on rencontre encore ce genre de mauvaises pratiques, même venant de grandes marques parfois avec un « Cher(e) client(e) » après une inscription par un vendeur de retail. Pas compliqué d’ajouter un champs genre et de personnaliser à minima avec cela.
    Les autres cas sont de très bons rappels aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
= 5 + 6